Derniers articles


POP INFO actuel

Votations cantonales du 24 septembre 2017

 L’aristocratie contre les ouvriers et paysans des Montagnes

Mis en ligne le 19 juillet

Emmené par des élus de plusieurs communes du bas du canton, le référendum contre le report de la nouvelle répartition de l’impôt des frontaliers a abouti. Le vote pourrait diviser le canton davantage encore.

Est-ce une faute politique d’être située à 1000 mètres d’altitude ? Est-ce une faute politique d’être une cité industrielle ? Est-ce une faute politique si les aristocrates préfèrent vivre les pieds dans l’eau plutôt que dans la neige ?

Ces quelques interrogations veulent mettre en perspective la réalité des habitants des Montagnes, qui accueillent les frontaliers par milliers et qui ont mis des hectares de terrain à disposition des entreprises.

C’est contre ces gens-là que quelques dirigeants du Bas ont fait aboutir le référendum qui s’oppose au report d’une nouvelle répartition de l’impôt des frontaliers. Ce report, décidé par le Grand Conseil, n’avait pas pour but d’abandonner le projet, mais de mieux en mesurer les conséquences.

Le projet du Conseil d’État propose de revoir la répartition de l’impôt payé par les frontaliers entre canton et communes. Actuellement sur 200 %, celle-ci est de 150 pour les communes et 50 pour le canton. Il s’agirait de passer à 77 pour les communes et 123 pour le canton. Pour compenser les pertes subies par les communes, le canton propose de leur octroyer trois points provenant de l’impôt des personnes physiques et morales. Si la proposition intéresse particulièrement les communes du littoral, c’est qu’elles n’accueillent que peu de frontaliers et sont donc peu concernées par la perte de revenus de leur l’impôt. En revanche, elles sont très intéressées par la hausse de trois points sur les autres impôts.

Dans cette affaire, les dirigeants des communes riches estiment avoir suffisamment aidé « ceux du haut » par le passé.

Le vote à venir ne manquera pas de provoquer des « étincelles », comme le titrait la presse neuchâteloise. Un nouveau Premier mars sera-t-il nécessaire contre l’aristocratie afin d’unir les travailleurs de tout le canton ? A moins qu’un groupe d’habitants du Haut excédés ne propose la sécession !

Alain Bringolf



 Saleté de pauvres !

Mis en ligne le 30 juin

Il était millionnaire. Plusieurs fois d’ailleurs …

Donc, jusqu’au jour maudit où il avait appris la mauvaise nouvelle, il vivait assez bien dans sa peau de riche neuchâtelois. Il se sentait plutôt du bon côté. Sa fortune augmentait régulièrement, sans excès : 20% en cinq ans, ce qui lui semblait raisonnable. Ses 5 millions de fortune s’étaient ainsi transformés en 6 millions. Une hausse somme toute modérée.

En conséquence, il était plutôt satisfait de son sort, lorsqu’était apparu, sous ses yeux ébahis, le communiqué de la CNCI (Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie). Et là, brutalement : le choc ! Sans la moindre préparation psychologique… L’indignation totale… En quelques instants, il venait d’apprendre que les millionnaires d’ailleurs, d’autres cantons, s’enrichissaient plus rapidement que lui. Il était à la traîne, en queue de peloton, un moins que rien, un perdant, un looser…

Et soudain, il avait eu une révélation, que dis-je, une illumination ! Si lui s’enrichissait moins vite, cela signifiait que les pauvres s’appauvrissaient plus lentement. Du coup, il s’était senti vraiment indigné : « Cochons de pauvres qui profitaient de la situation ! » Il fallait vraiment leur donner une bonne leçon. Dorénavant, il se montrerait impitoyable. Il allait sans tarder leur apprendre ce que signifiaient les mots « justice » et « égalité » …

Henri von Kaenel
Paru dans POP-Info N° 18 (juillet 2017)



Communiqués

Communiqué de presse du 23 mai 2017

 Contre la fermeture des classes de commerce à plein temps à La Chaux-de-Fonds

Mis en ligne le 23 mai

C’est avec incompréhension que le POP neuchâtelois a appris la décision du Conseil d’État concernant la fermeture de classes de maturité commerciale.

En 2018, l’ESTER n’ouvrira plus qu’une classe de maturité commerciale (la voie en 3 ans, réservée aux élèves obtenant les meilleurs résultats) et l’ESCN-LJP (Lycée Jean-Piaget) ouvrira quatre classes de maturité commerciale (voie 4 ans). Ce malgré le fait que les élèves provenant du Haut du canton ne sont pas sous-représentés à ce point. Sans entrer dans une nouvelle polémique Haut-Bas, le POP dénonce ce déséquilibre injuste et regrette amèrement cette décision qui apparaît comme l’enterrement programmé des formations commerciales au sein de l’ESTER, dans un premier temps en tout cas pour les formations plein temps.

Cette décision intervient également dans un moment où il s’agirait plutôt de proposer une offre pour répondre à la tertiarisation de l’économie et la fragilité du secteur secondaire. Sans oublier que cette volonté centralisatrice du Conseil d’Etat provoquera immanquablement des inconvénients majeurs, comme encore plus de saturation des routes et des transports publics aux heures de pointe et des élèves encore jeunes éloignés de leur famille.

De plus, le Conseil d’État ne semble pas se soucier du nombre de jeunes qui se retrouvent sans solution après leur école secondaire. Le nombre de classe limité en maturité commerciale ne fera qu’augmenter ce phénomène. Chaque année, le nombre d’inscriptions en filière de Préapprentissage explose, ce alors que le nombre de places de stage reste très limité. Il s’agit là d’élèves sans solution à la fin de leur école obligatoire et qui se retrouvent souvent au chômage sans réelle formation. Le Conseil d’État ne cesse de répéter qu’il y a trop d’employés de commerce dans le canton. Nous préférons des employés de commerce au chômage qui trouveront vite quelque chose et qui auront une bonne culture générale pour éventuellement se tourner vers une autre voie, plutôt que des jeunes sans formation aucune qui sortent beaucoup plus vite du système.

Le POP attend dès lors du Conseil d’État qu’il prenne ses responsabilités et revienne sur sa décision pour ne pas jeter de l’huile sur un feu qui n’est toujours pas éteint mais aussi, et surtout, pour offrir aux élèves neuchâtelois la formation qu’ils méritent.

La Chaux-de-Fonds, le 23 mai 2017
Comité cantonal



Initiatives

 Initiative populaire pour une fiscalité plus équitable

Mis en ligne le 28 avril

En décembre 2016, la droite du Grand Conseil a imposé une baisse de la fiscalité sur les hauts revenus, qui coûtera plus de 4 millions à l’ensemble de la population sous la forme de coupes supplémentaires dans l’enseignement, le social et la santé, ainsi que 2, 8 millions aux communes.

Afin de contrebalancer ce cadeau aux plus nantis, le POP lance l’initiative populaire Pour une fiscalité plus équitable, qui prévoit une hausse modérée de l’impôt sur les fortunes imposables supérieures à 500’000.-

L’on constate en effet que, si les petites fortunes stagnent dans le canton, celles entre 500’000.- et un million ont augmenté de plus de 200 millions en 5 ans, alors que celles supérieures à un million ont littéralement explosé, en hausse de 250 millions par an. Il paraît donc équitable de demander une modeste contribution supplémentaire à ceux qui s’enrichissent, afin de garantir les prestations de l’État à l’ensemble de la population.

Pour un millionnaire, la hausse du barème proposée représenterait une augmentation annuelle d’impôt cantonal de 700 francs, soit environ le tiers de la somme retirée aux jeunes bénéficiant de l’aide sociale. Les gens fortunés participent certes de façon importante aux rentrées fiscales, mais on constate que ce fait ne les empêche pas de continuer à s’enrichir considérablement. En période de crise, il est inéquitable de ne demander un effort qu’aux seules personnes défavorisées.

Voici un exemple des hausses annuelles prévues par l’initiative :

Fortune de 600’000 francs,
passage de 3,6 o/oo à env. 3,8 o/oo = Hausse de F. 140.-

Fortune de 700’000 francs,
passage de 3,6 o/oo à 4 o/oo = Hausse de F. 280.-

Fortune de 800’000 francs,
passage de 3,6 o/oo à env. 4,1 o/oo = Hausse de F. 400.-

Fortune de 900’000 francs,
passage de 3,6 o/oo à env. 4,2 o/oo = Hausse de F. 540.-

Fortune de 1’000’000 francs,
passage de 3,6 o/oo à 4,3 o/oo = Hausse de F. 700.-

Fortune de 1’250’000 francs,
passage de 3,6 o/oo à 4,3 o/oo = Hausse de F. 875.-

Fortune de 1’500’000 francs,
passage de 3,6 o/oo à 4,3 o/oo = Hausse de F. 1’050.-

Fortune de 2’000’000 francs,
passage de 3,6 o/oo à 4,3 o/oo = Hausse de F. 1’400.-


PDF - 716.8 ko
Télécharger l’initiative populaire pour une fiscalité plus équitable


Agenda

 Form’action 2017

Mis en ligne le 27 avril

Weekend de formation organisé tous les ans par les Jeunes POP

Programme :

Vendredi 28 avril-19h30
Antoine Chollet, Andrea Eggli et Céline Misiego : table ronde sur la démocratie participative

Samedi 29 avril dès 10h00
Cours 1 : Derya Dursun - "Syndicalisme : histoire et enjeux actuels"Retour ligne automatique
Cours 2 : Thomas Peter - "Prévoyance vieillesse"

Dimanche 30 avril dès 10h00
Cours 1 : Raphael Ghedda - "Impunité et pouvoir des entreprises transnationales" Cours 2 : Daniel Ziegler et Nathan Erard - "Politique fiscale et politique hospitalière dans le canton de Neuchâtel"

Chaque soir : divers activités (jeux, musique, discussion, etc)

Lieu (Possibilité de dormir sur place !!) : Maison Océane, Route de Pierre-à-Bot 64, 2000 Neuchâtel (en bus depuis la gare de Neuchâtel : ligne 109, arrêt Trois Chênes).

Prix (repas, nuitée, cours) : 20.- par jour / 60.- pour le weekend ( 80.- prix de soutien). Le prix ne doit en aucun cas empêcher quelqu’un de venir, si tel devait être le cas, il ne faut pas hésitez à nous en informer et on trouvera une solution :-)

Tu peux t’inscrire à l’adresse : formaction2017@bluewin.ch

Merci d’indiquer quel jour tu penses venir, ton éventuel régime alimentaire et le cours qui t’intéresse le samedi et le dimanche (ce ne sont pas des cours sur deux jours. Il est donc possible de suivre le cours "1" le samedi et le cours "2" le dimanche).




0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 395




POP neuchâtelois  |   Dernière mise à jour: le 19 juillet 2017

Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0